Articles de fond

DEVOPS et le secteur financier

DEVOPS

L’activité des services financiers repose sur l’utilisation intensive de logiciels et de plateformes, devenus critiques dans leur capacité à assurer les différents types de transactions.

L’omniprésence des solutions IT dans ce secteur peut s’expliquer par la demande croissante en termes de services B2C, via des applications web ou mobile, et de services B2B, ainsi que la nécessité d’automatiser toujours plus de transactions.

Dans un environnement très concurrentiel et mondialisé, il est crucial de maîtriser la mise à disposition de systèmes intégrés et automatisés évoluant rapidement, alors que la demande en évolutions fonctionnelles ne cesse d’augmenter.

Des environnements régulés nécessitant une sécurité élevée

Mais le secteur bancaire n’est pas un secteur comme les autres : le niveau d’exigence en termes de sécurité informatique est très élevé, et les opérations s’effectuent en environnements régulés.

Quelles que soient les solutions mises en place pour mettre à disposition des solutions plus rapidement, il est crucial que les méthodes et les outils utilisés pour industrialiser et accélérer le rythme des livraisons soient conformes aux exigences propres à ce secteur.

Vu sous un autre angle, la maîtrise de l’Agilité, de l’industrialisation, la capacité à faire du DEVOPS dans le contexte des contraintes propres au secteur peuvent être des atouts majeurs. En effet, les régulations changent, les failles de sécurité peuvent apparaître à tout moment. Il est donc crucial de réagir, en mettant en production rapidement, afin de répondre à des contraintes législatives ou d’intégrité.

La distribution multicanal dans un monde nomade

Lors des dix dernières années, les banques ont vu leur activité se transformer, sous la pression de la nomadisation, matérialisée par l’usage de smartphones et de tablettes, en addition de l’utilisation préalable d’ordinateurs personnels ou de services téléphoniques.

Ainsi, les réseaux dits « physiques » ne sont plus, de loin, les seuls lieux d’interaction entre les banques et leurs clients.

La multiplication des canaux de «distribution bancaire» augmente ainsi la nécessité d’intégration et de gestion multicanaux, et de cohérence entre les différents types d’interfaces utilisateurs ou applications proposées aux clients.

Ceci implique une transformation dans la manière dont les applications sont développées et déployées, tout en respectant régulations et niveaux de sécurité, afin d’être en mesure de mettre à jour fréquemment les applications.

Les applications bancaires B2C sont disponibles sur des places de marché contenant jeux, réseaux sociaux, utilitaires, dont les meilleurs sont mis à jour régulièrement pour répondre aux exigences des utilisateurs.

Il est donc clair que les applications bancaires doivent atteindre le même niveau de qualité, réactivité fonctionnelle, fréquence de mise à jour, que les meilleures applications non bancaires.

Quels défis en termes d’organisation et d’intégration ?

Les banques, fournisseurs de services financiers, ne sont pas toutes des start-ups créées avec la performance IT dans leur ADN. Les symptômes que l’on identifie dans toute organisation historique se retrouvent dans le secteur financier : rupture entre développements et opérations, organisations centrées sur les produits et non sur les clients, pour ne citer que les principaux.

Or, l’informatique est au cœur du métier de la banque.

  • Les clients interagissent avec leurs banques via des applications mobiles ou web (Front Office), qui se doivent de présenter les informations les plus pertinentes tout en utilisant les standards d’interfaces utilisateurs. Utilisées pour vendre des produits, obtenir de l’information sur les marchés, déclencher des transactions ou demander du support, ces applications génèrent aussi des indicateurs d’usage,
  • Les métiers utilisent des applications (Middle Office) afin de simuler et de créer de nouveaux produits financiers, de manager le parc de produits, d’assurer la conformité avec les différentes réglementations, et de gérer les risques,
  • Enfin, les autres composantes organisationnelles telles que les opérations IT, les services administratifs utilisent d’autres applications (Back Office) pour la surveillance des plateformes et la réalisation des tâches nécessaires au bon fonctionnement de l’entreprise.

La nécessité d’intégration entre Front, Middle et Back Offices d’une part, et de mises à jour fluides, rapides, en toute sécurité d’autre part, font de DEVOPS, de l’Agilité et de l’industrialisation des solutions naturelles aux défis importants du secteur de la finance.

Quelles solutions pour la Transformation Digitale du secteur financier ?

  • De nombreuses solutions existent pour transformer un écosystème historique, et lui faire prendre le rythme accéléré de la transformation Digitale.Focaliser sur la valeur offerte aux clients, qu’ils soient externes ou internes, à tous les niveaux de la hiérarchie d’une organisation donnée
  • Mettre en place des organisations « bimodales », en déployant l’Agilité et DEVOPS là où cela est possible rapidement (bien souvent, les applications dites « frontales » telles que les applications mobiles ou les sites internet peuvent se prêter à l’exercice)
  •  Minimiser le couplage entre le cœur d’un système informatique historique et les applications frontales, en standardisant les interfaces et en réduisant le nombre de points d’ancrage
  • Faire évoluer le cœur du SI par partie, dans une approche SOA(1), où seuls les interfaces et contrats de services comptent (il est plus facile de développer rapidement des composants isolés que l’ensemble d’un SI)
  • Minimiser l’utilisation de technologies propriétaires quand cela est possible, et éventuellement planifier le dé-commissionnement des systèmes obsolètes, en privilégiant la performance, la standardisation et la pérennité.

La révolution FINTECH

Après de nombreux secteurs industriels (voyage, distribution, média…), la révolution Digitale touche désormais le secteur financier, comme en témoigne l’apparition de nombreuses sociétés ou start-ups dites « FINTECH » (FINancial TECHnology), dont la capitalisation globale atteint désormais de très hauts niveaux (capitalisation triplée depuis 2008, à 8 Mds actuellement).

Mais les startups ne sont pas les seuls concurrents émergents des acteurs historiques de la finance : les plus grosses capitalisations boursières mondiales annoncent clairement leur volonté d’adresser les besoins bancaires des particuliers, en offrant par exemple de nouveaux moyens de paiement nomades.

Ces nouveaux acteurs de la finance apportent rapidement de la valeur sur leurs marchés respectifs (moyens de paiement, prêts, investissements, infrastructures et systèmes), grâce à des organisations appliquant le paradigme Agile, maitrisant la technologie quand elles ne l’inventent pas elles-mêmes, faisant de DEVOPS une réalité industrielle, produisant des solutions appréciées par le public.

Dans le même temps, les acteurs bancaires traditionnels, leurs systèmes et leurs organisations historiques, se doivent de s’adapter et de contrer la concurrence, en intégrant les besoins et les nouveaux usages de leurs clients, ainsi que les nouvelles technologies, vecteurs de nouvelles opportunités. Le vent de la révolution Digitale souffle désormais sur le secteur de la finance, comme sur beaucoup d’autres secteurs au préalable. Le tempo est donné par des écosystèmes Agiles, et il est nécessaire de s’adapter rapidement pour ne pas être dépassé.

Le spectre des solutions possibles est large. Et trouver la bonne combinaison nécessite d’avoir une approche holistique : toutes les dimensions (sociales, technologiques) doivent être prises en compte afin de trouver les optimum, potentiellement éphémères dans un monde évoluant tech

DEVOPS est un nouveau terme émergeant. Combinaison de « Développement » et « Opérations », l’idée cachée derrière cet acronyme consiste à inclure dans la boucle industrielle et Agile les opérations, c’est-à-dire les équipes et systèmes en charge des solutions en production, la supervision, l’analyse des performances et l’adaptation des plateformes à la demande. De la même manière que l’Agilité promeut la collaboration étroite entre métiers, activité de développement et activité de tests, DEVOPS ajoute les opérations à l’équipe étendue.
Encore une fois, l’idée fondamentale consistant à mettre plus de valeur plus rapidement sur le marché est l’un des leviers de ce changement.

Auteur : Frédéric Tardieu – Directeur Projets Transformation Digitale

(1) SOA : Service Oriented Architecture (Architecture Orientée Services)


-- Télécharger DEVOPS et le secteur financier en PDF --


Laissez un commentaire